VOTEZ POUR NOUS.


www. top site top 50
www. top site perfect
www. top site best rpg
www. top site dreaming
www. top site obsession

La boîte à secrets

Les ragots de Lakeview ◗ voir le sujet

De ANONYMOUS
Je me demande souvent la logique de suivent les gens. Ils le savent pourtant qu'il est dangereux ce W alors pourquoi le provoquer avec leur réunion ?! C'est ma voisine qui m'en a parlé, elle a prévu d'y aller... Je pense vraiment que c'est une mauvaise idée. W risque de venir y faire un tour, c'est sûr !
De ANONYMOUS
A ce qu'on dit par chez moi, le jeune Foster aurait plusieurs petites amies. J'sais pas si c'est vrai mais c'est moche pour ces filles. Malgré tout, bien joué mon gars !
De JANE J. WELLINGTON
La petite nouvelle, Rebecca Hobbs, c'est un foutu spectacle à elle seule, bordel qu'elle me fait rire.
De MAXIMUS GOOD
D'abord il gifle les gamines, maintenant il hurle tout seul. Pas qu'entendre Tyee le sauvage brailler me dérange, mais ces espèces de grognements en russe, en finnois, je ne sais pas, ça commence à me les briser. S'il a le mal du pays qu'il rentre chez lui, ça fichera la paix à tout un quartier.
De TYEE H. L. DAENDELS
Ce que... C'est absurde ! Lizbeth est une amie, rien de plus, et je... Je voulais la voir. La nuit, en pleine rue. Il n'y a pas besoin d'un lieu pour trouver les gens à qui l'on tient.
De JOSH WILLIAMS
Si vous saviez tout ce que Anton entend et voit chez les Spencer. Le petit Chatwood il s'entend trop bien avec le nouveau locataire, ça l'air et il a vu des trucs dégueulasse, mais il a pas voulu m'en dire plus. Et c'est sans parler des engueulades entre la fille Spencer et ce sournois de Chatwood. Anton a du les séparer, mais il m'a dit qu'elle a une solide droite la fille de l’éleveur.
De MEREDITH LANDER
Si vous voulez mon avis, ils n'auraient pas du expédier la petite Chatwood chez les Spencer. Ils ont plus de 70 ans, c'est pas possible de laisser une telle furie chez de si braves gens. Rose voit tous les jours comment ils se font rabrouer par le fille.
De JOYCE RIPPER
Vous savez, celle qui se balade en limousine ? Ben je l'ai vu main dans la main avec le p'tit Chatwood. C'est quand même horrible, c'est la femme de l'autre Chatwood.
De HEATHER SPENCER
Quoi ? Comment ça je suis sexy en dessous érotique ? Non, j'ai rien fait de sexuel à Lizbeth... à part en parler...
De LINUS CHATWOOD
Quoi ? Lady en dessous affriolant ?

intrigue n°3



 
Rejoignez notre page facebook ♥️♥️

 

 (☇) Anything Could Happen || (Henry&Claire)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

membres

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Je te regarde
et je connais tous tes secrets ! -W
☇ ÂGE RÉEL : 25
☇ DATE D'ANNIVERSAIRE : 03/01/1993
☇ A EMMÉNAGÉ LE : 07/03/2014
☇ MENSONGES : 52
☇ JEU A LA : Première
☇ AVATAR : David Tennant




MessageSujet: (☇) Anything Could Happen || (Henry&Claire) Mar 11 Mar 2014 - 22:24

Afin de donner un nouveau souffle à ma vie, je venais d'élire récemment domicile dans une ville du nom de Lakeview, située à l'exact opposé de là d'où je venais. Autant mon envie de repartir à zéro pouvait se comprendre, autant les raisons de ma venue à Lakeview demeuraient bien plus obscures pour une personne qui ne me connaissait pas. J'avais en effet choisi de m'établir dans cette ville en particulier alors que j'aurais très bien pu choisir d'emménager ailleurs, dans un lieu que je connaissais bien mieux et que j'avais même déjà fréquenté par le passé. Pourtant, mon cœur s'était tourné vers Lakeview, sans doute était-ce pour une bonne raison, une raison que je n'allais pas comprendre tout de suite.

Dans le but d'améliorer mes connaissances de la ville, j'avais pris la décision d'explorer Lakeview, pour accomplir une sorte de travail de repérage. Connaître chaque recoin de la ville pourrait m'aider à mieux y vivre et peut-être construire une future base descriptive pour les lieux de mes futures histoires. J'avais quitté mon domicile dans la matinée pour pouvoir faire le tour de la ville et passer dans de multiples endroits. L'avantage d'être son propre patron était que je pouvais aller n'importe où à n'importe quelle heure. Mon tour de la ville s'acheva devant l'école primaire, à l'heure où les élèves quittaient les lieux pour revenir chez eux. Cela me laissait la liberté d'admirer les lieux dans leur parfait contexte.

Quand je vis ces enfants courir, plonger dans les bras de leurs parents et repartir dans leurs véhicules en direction de chez eux, mon coeur se fendit en silence. Cette innocence enfantine que je voyais sur les lieux me toucha énormément, bien plus d'ailleurs que je n'aurais pu le prévoir. Ces enfants...ils me rappelaient tellement mon fils. Je n'arrêtais pas de penser à lui en les observant si heureux en quittant l'école. Quelques larmes tombèrent de mes yeux à mesure que les souvenirs remontaient dans mon esprit. Je pus les chasser avec le bout de mes doigts afin de saisir mon carnet et prendre des notes dans mon charabia habituel. Ce n'était que des parties de phrases, des dessins, mais c'était uniquement pour me rappeler de la structure de l'école sans pour autant la décrire entièrement. On pouvait appeler ça une aide-mémoire. Je ne voulais pas faire une copie parfaite de l'école de Lakeview mais juste en avoir des aspects, pour m'en rappeler...

Ce n'était pas très normal ma position, d'être là ainsi à prendre des notes sur une école, mais je ne m'en étais pas soucié sur le coup, vu que je ne faisais rien de mal. Les pervers en général ne prenaient pas trop un carnet de notes pour repérer des victimes mais bon les malentendus existaient toujours. Enfin bref, je me trouvais là à prendre des notes et personne ne me dérangeait, du moins pour le moment...
Revenir en haut Aller en bas

membres

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Je te regarde
et je connais tous tes secrets ! -W
☇ ÂGE RÉEL : 24
☇ DATE D'ANNIVERSAIRE : 29/10/1993
☇ A EMMÉNAGÉ LE : 02/03/2014
☇ MENSONGES : 68
☇ JEU A LA : Première
☇ AVATAR : Natalie Portman




MessageSujet: Re: (☇) Anything Could Happen || (Henry&Claire) Sam 15 Mar 2014 - 20:12

HENRY
CLAIRE



Il fallait vraiment être très patient lorsque ceux auxquels vous expliquiez quelque chose, même le plus simple possible, se trouvaient être des enfants de six à huit ans. Un bon moral aussi parfois, et une imagination à toute épreuve. Il fallait faire face à n'importe quel imprévu, n'importe quelle situation devait pouvoir être résolue en deux temps trois mouvements. Mais la contrepartie à tout cela valait son pesant d'or. Chaque soir, je sortais de l'école le moral remonté à bloc, prête à affronter le reste de la journée. Institutrice n'était peut être pas un métier de tout repos, mais il valait bien la peine de se lever tous les matins, même si tout n'était pas toujours très facile, et qu'en ce moment, c'était souvent un petit coup de blues qui me ceuillait lorsque venait la sortie des classes et que je voyais mes élèves s'en aller avec leurs parents.
Etre enceinte était une expérience formidable. Bien sur, je ne l'étais que depuis quelques semaines, et je ne ressentais pas encore toutes les sensations que ressent une femme lorsqu'elle attend un enfant, mais je savais que cela ne tarderait pas à venir. J'avais changé aussi, et même si je n'étais pas sure que cela se voie extérieurement, à l'intérieur, j'étais persuadée d'être simplement devenue une autre. Je n'avais jamais été aussi lunatique, oscillant entre larmes, rires et colère, mais j'arrivais parfaitement à me controler lorsque j'étais en présence des enfants. A la maison, c'était toujours assez simple aussi. J'étais toujours heureuse, et je ne me privais pas pour le faire savoir à mon fiancé, Dany, enchainant calins, tendresse et compliments. Il m'arrivait toujours de démarrer au quart de tour lorsque quelque chose ne me plaisait pas, et j'avais parfois des éclats de voix que je regrettais par la suite. Somme toute, de façon générale, mon caractère n'avait pas réellement changé, il avait plutôt... amplifié, que ce soit les bons ou les mauvais côtés de ma personnalité. Avec le soutien de mon chéri, de ses parents et de nos groupes d'amis, je parvenais très bien à tenir. Excepté lorsque l'on pouvait m'énerver, et lorsque les choses n'allaient pas dans le sens que je voulais...

Cette sortie était comme les autres, entre les discussions entre profs ou avec les parents et les au-revoir des enfants, je ne savais pas toujours où donner de la tête. Les interpellations allaient parfois dans tous les sens, et une fois le compte-rendu de la journée dressé à une famille en pleine interrogation, c'était une autre mère qui prenait le relais. Je répondais avec plaisir, lâchant les compliments que les parents attendaient, parfois conseillant, interrogeant moi même et n'obtenant pas toujours les réponses que je voulais, mais toujours avec le sourire. Faire bonne impression aux parents avait toujours été important, même si parfois ma seule envie était d'en planter quelques uns sur le trottoir.
Nous n'avions jamais eu de problème. Pas de fou furieux débarquant en hurlant, pas de bagarre, ni entre les élèves plus grands ni entre les parents. Il était déjà arrivé qu'un enfant soit le dernier a attendre et que son père et sa mère ne débarque qu'une heure après la fin des cours, mais, de manière générale, a cinq heures, le trottoir se vidait, les professeurs rentraient dans l'établissement pour y chercher leurs affaires et les parents emportaient leur joyeuse tribue.

Aujourd'hui pourtant, ce n'était ni un enfant, ni un parent ni un collègue qui restait en dernier a attendre je ne sais quoi. Je ne l'avais pas remarqué en sortant, pas plus lorsque j'avais regardé tout ce beau monde s'embrasser à qui mieux-mieux. Il était là, posté en face des grilles, une sorte de carnet à la main, carnet dans lequel il semblait plongé, et dans lequel, je le voyais bien, il écrivait. Parfois, il jetait des regards vers l'endroit ou je me trouvais. Pas dans ma direction, je me demandais même s'il m'avait vu, simplement aux alentours, comme s'il avait perdu quelque chose et qu'il voulait le retrouver. Il était là depuis le début, j'en étais sure. Il avait étudié, analysé peut être chaque geste de chacune des familles, avait annoté des détails, tracé des croquis, tout cela au su et à la vue de tous, mais personne n'avait semblé l'avoir repéré. A part moi, peut être. S'il avait été là à n'importe quel moment de la journée, cela ne m'aurait pas inquiétée, mais le fait était qu'il était là, à cette heure précise et bien connue où des enfants sortaient de l'école. Et puis, je le trouvais juste un peu bizarre, avec la très nette impression de l'avoir déjà vu quelque part. Mais où, c'était le trou noir. De toute manière, je n'allais pas me gêner pour le lui demander, et il avait intérêt à avoir une bonne explication. Je traversais la cour, droit sur lui. Impossible qu'il ne m'ait pas aperçue. Arrivé à sa hauteur, je croisais les bras contre ma poitrine, le toisais, et finit par le questionner, d'une voix, ma foi, assez froide. « Dites donc vous, vous croyez que je ne vous ait pas vu hein ? Vous avez beau avoir un visage innocent, on ne me la fait pas à moi. Vous avez dessiné des enfants ? Ca va vous servir à quoi ce que vous écrivez au juste ? A vous faire... plaisir ? » Oui, j'avais parlé sur un ton agressif, oui, le sens de ma phrase était très clair et sans équivoque, mais c'était comme ça. Mes élèves, c'était comme mes propres enfants, je tenais à leur sécurité, leur bien être et leur bonheur. Même si ce mystérieux écrivain n'avait pas, en soi, fait quelque chose de reppochable, je ne voulais pas de plainte, et pas d'accident. De plus, s'il commençait à s'énerver contre moi, je savais que j'avais raison de me montrer prudente. Tout pouvait arriver.


♥️
I'm so in love with you
Revenir en haut Aller en bas

membres

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Je te regarde
et je connais tous tes secrets ! -W
☇ ÂGE RÉEL : 25
☇ DATE D'ANNIVERSAIRE : 03/01/1993
☇ A EMMÉNAGÉ LE : 07/03/2014
☇ MENSONGES : 52
☇ JEU A LA : Première
☇ AVATAR : David Tennant




MessageSujet: Re: (☇) Anything Could Happen || (Henry&Claire) Dim 23 Mar 2014 - 14:45

Spoiler:
 

Au fond, la situation dans laquelle je me trouvais était en quelque sorte assez prévisible quand on y repensait. N'importe qui en me voyant prendre des notes de la sorte pouvait se demander ce que je faisais là, à tourner en rond et écrire toutes mes cochonneries. Ce n'était pas vraiment le spectacle habituel que les gens pouvaient observer non loin d'une école. En même temps, je n'avais pas vraiment porté attention à ce genre de cliché. Je m'étais contenté de rester ici, sans me préoccuper de ce que les gens penseraient de mon attitude. En fin de compte, j'aurais du y réfléchir. Cela m'aurait sans doute épargné ce processus explicatif que je qualifierai pour ainsi dire de chose inutile. Pourtant je devais m'y plier, si j'avais envie d'éviter de m'attirer des ennuis. Ce serait un peu dommage d'essuyer une belle engueulade alors que je venais à peine d'arriver à Lakeview.

Donc, pour en revenir au sujet principal, une femme venait de m'aborder, d'une façon un peu sèche mais malgré tout prévisible. Je ne savais pas trop pour quoi ou pour qui elle me prenait, mais l'image qu'elle avait ne devait pas être jolie du tout. Pourtant, les pervers ne se pointaient pas vraiment avec un carnet d'écriture quand même...enfin ce n'était pas trop important. Evidemment, cette inconnue me demanda les explications naturelles que n'importe qui d'autre réclamerait. Que pouvais-je faire d'autre à part répondre à sa question tout bêtement ? Cela tombait sous le sens.


- Avant de monter sur vos grands chevaux on se calme, d'accord ? Tout ce que j'écris dans ce carnet n'est rien d'illégal, croyez-moi. Cela peut pas paraître bizarre mais ce que je vous dis est pourtant vrai. Je ne suis un pervers ou autre personne malhonnête venant ici pour repérer les proies faciles avant de repasser commettre un crime pas joli du tout. Ce qui m'intéresse ici surtout c'est de récupérer des petits détails sur le lieu lui-même et ce qu'il y a autour. Il ne s'agit que de détails, rien de bien particulier. Je ne suis qu'un simple observateur prenant des notes de terrain pouvant lui être utiles si jamais il a un vide d'inspiration. Si vous voulez regarder ce que je marque, vous ne verrez que des abréviations, des traits descriptifs, ou des choses de ce style-là.

Je fis une brève pause avant de dire ceci :

- Je viens d'emménager ici, pour me poser dans une nouvelle vie et prendre un tout nouveau départ. Si je prend ces notes aujourd'hui c'est pour avoir des repères dans la ville et m'aider éventuellement dans mon métier par la même occasion. C'est pour ça que j'écris tout cela. Je suis un écrivain qui se fait simplement des aides-mémoires.

Je lui tendis mon carnet.

- Si vous voulez voir, faites-vous plaisir.
Revenir en haut Aller en bas

membres

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Je te regarde
et je connais tous tes secrets ! -W
☇ ÂGE RÉEL : 24
☇ DATE D'ANNIVERSAIRE : 29/10/1993
☇ A EMMÉNAGÉ LE : 02/03/2014
☇ MENSONGES : 68
☇ JEU A LA : Première
☇ AVATAR : Natalie Portman




MessageSujet: Re: (☇) Anything Could Happen || (Henry&Claire) Lun 31 Mar 2014 - 18:44

HENRY
CLAIRE

Spoiler:
 

J'aurais pu être bien plus vindicative. Hurler plus fort, menacer d'appeler la police, n'importe quoi, mais je n'avais rien fait de tel, pour la simple et bonne raison qu'au fond de moi, je n'avais aucun argument capable d'appuyer mes propos. Je ne l'aurais avoué pour rien au monde, que j'avais agi en sachant que j'avais tord, mais je ne regrettais pas de l'avoir fait quand même. En ce qui concernait mes élèves, et même les enfants en général, j'avais tendance à en faire un peu trop, et même à voir le mal partout ou j'allais. Lorsque j'avais vu cet homme en face de l'école, a jeter des regards vers l'établissement, mon sang n'avait fait qu'un tour. Et pourtant, je n'avais pas agi tout de suite. Au contraire, j'avais attendu que tous les enfants et parents s'en aillent pour aller l'alpaguer, signe que finalement, je pensais bien qu'il n'était pas ce qu'il semblait être au premier abord. Mais on n'était jamais trop prudent, il y avait bien trop de malades dans le pays, et si jamais j'avais regardé trop de séries policières, j'aurais presque pu affirmer qu'il y en avait qui se baladeraient vers chez moi. Peut être même un voisin qui sait, alors un homme de plus ou de moins...

Il m'avançait qu'il était écrivain. Je n'étais pas sure de pouvoir le croire jusqu'à ce qu'il me tende son carnet en me proposant de regarder à l'intérieur. J'étais assez surprise qu'il ne se soit pas mis en colère, qu'il ne m'ait pas insulté de vieille folle ou même répondu froidement que ce qu'il faisait n'était pas ses affaires. Je pouvais en conclure que, finalement, lui aussi savait qu'il se trouvait dans une situation légèrement compromettante. Je pris son livre afin de vérifier ses dires. Ce n'était pas une violation de la vie privée non, puisque c'était lui qui me l'avait donné ? Je l'ouvrais, feuilletait les pages, pour finalement arriver à la dernière, recouverte de gribouillis dont je parvenais à lire un mot sur deux, plus quelques annotations, des listes, et même un croquis assez imagé de la devanture de l'école. En tout cas, rien qui ne se rapportait de près ou de loin aux personnes qui s'étaient trouvées devant le portail. Dépitée de savoir que j'avais eu faux sur toute la ligne, je lui rendis son carnet avec mauvaise humeur. « Bon, je vous crois » dis-je avec un soupir en croisant les bras. « Ainsi, comme ça vous êtes écrivain ? Vous avez déjà publié ? J'ai peut être déjà lu un de vos livres » ajoutais-je en évitant de le regarder dans les yeux. Mon ton s'était radouci, mais était toujours assez sec, comme si je lui en voulais de m'être fait passer pour une idiote à ses yeux. Ce n'était même pas sa faute, ca se trouve il était venu ici, sans aucune idée en tête, et s'y était peut être trouvé au mauvais moment. Peut être n'avait il pas l'heure et pensait-il débarquer à l'école lorsque tout le monde était encore en cours. Possible. Peu importe, le fait était qu'il était là à cet instant précis, le jour ou s'était à mon tour de faire la fermeture, et que donc, fatalement, il aurait pu mieux tomber. Encore, si je n'avais pas été enceinte, peut être aurais-je laissé couler, mais les hormones semblaient juste me faire ressembler à une lionne qui protégerait ses petits. Bon d'accord, la métaphore était peut être extrême, mais que voulez-vous, j'étais comme ça ! En pire maintenant ! Même si à certains moments c'était un jeu pour moi, faire passer des caprices sur le compte de la grossesse, faire preuve de mauvaise foi quand mon chéri me prenait en flagrant délit dans la cuisine avec une cuillère dans la bouche, cela demeurait assez sérieux le reste du temps. Je n'étouffais pas mes élèves non plus loin de là, mais j'avais juste une facheuse tendance à protéger ceux qui m'étaient proches, à commencer par eux. Mais maintenant que je connaissais les intentions de ce fameux écrivain, je me trouvais bête à avoir réagi de la sorte.

« Si jamais vous avez besoin de plus d'informations, de faire d'autres repérages... je peux vous faire visiter l'école, on ne sait jamais cela peut vous donner d'autres pistes pour vos futurs bouquins. Comme il n'y a plus d'élèves à cette heure-ci, vous ne craignez pas que quelqu'un d'autre vous saute à la gorge, je vous rassure ! » avouais-je, un peu à contre cœur, comme si je souhaitais me rattraper. Honnêtement, si je pouvais aider cet homme dans son travail, je m'y pliais volontiers, ce n'était pas tous les jours non plus que l'on rencontrait un écrivain dans la rue, et dans de telles circonstances. Mon visage finit par se détendre un peu, mais je me trouvais encore mal à l'aise devant cet inconnu dont je ne connaissais que le métier. Ce n'était pas vraiment mon genre pourtant.


♥️
I'm so in love with you
Revenir en haut Aller en bas

membres

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Je te regarde
et je connais tous tes secrets ! -W
☇ ÂGE RÉEL : 25
☇ DATE D'ANNIVERSAIRE : 03/01/1993
☇ A EMMÉNAGÉ LE : 07/03/2014
☇ MENSONGES : 52
☇ JEU A LA : Première
☇ AVATAR : David Tennant




MessageSujet: Re: (☇) Anything Could Happen || (Henry&Claire) Lun 7 Avr 2014 - 19:53

Spoiler:
 

Un nouveau venu dans une ville était-il forcément bien accueilli parmi ses habitants ? Malheureusement, ce n'était pas toujours le cas. La nature humaine n'était pas si bien faite. Certaines bonnes âmes allaient ainsi voir le fameux nouveau venu, le saluer et faire connaissance avec lui, mais d'autres allaient être plus égoïstes et ne rien faire du tout, prenant le nouveau venu pour une simple "nouveauté" de plus. Il y avait aussi les situations dites "inédites" où on pouvait dire que l'accueil sortait carrément de l'ordinaire, une situation que je vivais aujourd'hui avec ma rencontre du jour, bien qu'on pouvait clairement admettre que j'étais responsable des ennuis dans lesquels j'avais plongés. C'était moi qui n'avait pas fait attention au fait que de me retrouver non loin d'une école à la sortie des élèves aurait semblé louche pour n'importe qui. Je n'avais juste pas pensé à tout ça. Je m'étais rangé dans le costume du nouvel arrivant, sans faire gaffe à ce que je faisais, résultat cette femme s'était jetée comme une furie pour déclarer sa colère...

Le but à présent était de calmer le jeu, et ainsi retrouver une ambiance pseudo-sereine entre cette inconnue et moi-même. Comment devais-je m'y prendre ? C'était une bien trop bonne question à laquelle je ne trouvais pour le moment aucune réponse tangible. Je n'étais pas forcément le plus doué pour les rapports sociaux et encore moins dans une ville que je ne connaissais pas, alors autant dire que je n'étais pas le meilleur pour arranger les choses, surtout sans la force de l'habitude. Cela allait sans doute venir mais il allait me falloir pas mal de temps avant que cela n'arrive.

Pour en revenir à cette femme, elle semblait me croire quand je disais que j'étais un écrivain, mais elle n'avait pas l'air d'être tellement ravie de le savoir. Je ne savais pas trop comment décoder le comportement de cette femme. Elle semblait être sur des montagnes russes rendant ses émotions instables, des montagnes russes hormonales qu'on ne connaissait que dans un état en particulier : la grossesse. Je ne faisais que le supposer, mais elle avait quelques signes qui me permettaient de croire en cette hypothèse. Je n'allais pas l'évoquer, de peur évidemment de passer pour un dingue observateur par dessus le marché. Bref, ne nous étendons pas là-dessus et revenons à nos moutons.


- Les romans que j'écris sont surtout des policiers, car je vais me diversifier prochainement, et c'est pour la bonne poursuite de mon métier que je cherche souvent à me repérer afin d'engranger des détails sur les lieux communs d'une ville. Cela m'aide parfois pour déclencher l'inspiration quand je suis en panne, ce qui m'arrive souvent ces temps-ci surtout depuis...enfin non c'est pas important.

Il était hors de question de vendre la mèche sur mon drame personnel, c'était encore trop tôt. Je préférais mieux m'attarder sur la proposition qu'elle venait de me faire.

- C'est très gentil à vous de m'avoir fait de cette proposition, mais je ne vais pas abuser de votre temps. C'était déjà assez étrange de me pointer ici sans faire attention à l'aspect étrange de ma position. Bref excusez-moi, pour ce qui s'est passé. Je ferai attention la prochaine fois, enfin s'il y en a une...évidemment...

Visiblement touché par l'idée de continuer à regarder cette école, en écho avec les souvenirs de ce fils que j'avais perdu, on pouvait voir une sorte d'étincelle dans mon regard, à la limite de verser des larmes. Pour éviter cela, je changeais de victime pour mon regard, préférant continuer d'observer la femme que je venais de rencontrer. L'étincelle s'évanouit alors.

- Histoire d'éviter de rester dans ces désignations impersonnelles complètement absurdes, autant vous dire mon prénom non ? Je m'appelle Henry.
Revenir en haut Aller en bas

membres

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Je te regarde
et je connais tous tes secrets ! -W
☇ ÂGE RÉEL : 24
☇ DATE D'ANNIVERSAIRE : 29/10/1993
☇ A EMMÉNAGÉ LE : 02/03/2014
☇ MENSONGES : 68
☇ JEU A LA : Première
☇ AVATAR : Natalie Portman




MessageSujet: Re: (☇) Anything Could Happen || (Henry&Claire) Sam 12 Avr 2014 - 18:38

HENRY
CLAIRE


Un écrivain à la recherche de l'inspiration... Bon, une école était un lieu comme un autre pour la trouver, quoique je doutais que celle-ci ait quelque chose de particulier à dévoiler. En dehors des heures de pointe, à 8h, midi et à 16h30, le portail était désert, la rue silencieuse des cris d'enfants, et quiconque avait voulu s'y intéresser aurait très bien pu le faire tranquillement à l'abri des regards, mais c'était vrai que ce n'était pas toujours réjouissant. Le mieux était de venir quand du monde était présent, que les parents attendaient plus ou moins sagement leur progéniture pour avoir un aperçu plus intéressant de ce que pouvait être l'établissement, mais le problème était là que, comme aujourd'hui, cela pouvait porter à confusion. On avait déjà eu des problèmes, notamment à cause de parents, et c'est bien malheureux à dire, qui avaient perdu la garde de leur enfant et qui venaient discrètement les observer à la sortie, dans l'espoir de les apercevoir. Des kidnappings pouvaient aussi arriver, et, même si nous n'en avions pas encore vécu un, le directeur nous avait toujours demandé de nous méfier. Avec les enfants, on était jamais à l'abri des problèmes, et parfois certains pouvaient même se dérouler devant nos yeux, sans que l'on ait eu le temps de réagir. Les faits divers concernant les établissements scolaires faisaient les choux gras dans les journaux, mais pour avoir passé plus de cinq ans à l'école de Lakeview, j'étais rassurée de voir que nous avions eu au final, très peu d'incidents par rapport à d'autres instituts dans des quartiers qui, on devait bien l'avouer, étaient plus défavorisés.

En tout cas, je semblais bien l'avoir dérangé dans ses occupations. L'école s'était certes vidée, mais à qui voulait bien le voir, les couleurs de la fin de journée en faisait un tableau assez joli, devant lequel on aurait pu s'intéresser. Mon interlocuteur n'était peut être pas peintre, mais je n'avais pas vraiment idée de ce que pouvait être l'imagination d'un auteur, et si tout ce qui nous passait devant les yeux méritait d'être écrit dans un journal. Quoiqu'il en soit, il avait fermé le sien pour me regarder et me parler de ce qu'il écrivait. Du policier. J'arquais un sourcil, intriguée. Je lisais beaucoup, la plupart du temps de la littérature, française ou anglaise selon l'envie, mais je possédais plusieurs thrillers à la maison, que j'avais tous dévoré en un rien de temps. C'était des livres qui se lisaient vite, et que je trouvais la plupart du temps passionnants, bien que souvent un peu trop déconnectés de la réalité. Et puis, j'avais toujours pensé que les auteurs du genre était souvent des gens un peu spéciaux, très intelligents et avec une imagination un peu loufoque. Je ne sais pas si j'aurais pu qualifier l'homme en face de moi de spécial ou de bizarre, du moins en l'observant de près, parce qu'il m'avait l'air d'un citoyen tout à fait normal, en tout cas pas le genre à faire des fêtes jusqu'au milieu de la nuit et à embêter ses voisins. Plutôt quelqu'un du genre sérieux, calme voir discret, peut être ambitieux et un peu rêveur sur les bords. Un peu mystérieux en attendant, il s'était arrêté au milieu de sa phrase, comme s'il avait eu peur d'aller trop loin. Il avait réveillé ma curiosité, mais je n'avais pas envie de lui poser de questions embarrassantes, surtout après ce qui s'était passé. Je n'étais même pas sure que nous serions destinés à nous revoir.

« Non ce n'est rien, la rue est à tout le monde de toute façon, vous ne vous attendiez peut-être pas à ce que je surgisse.. » répondis-je alors qu'il me faisait des excuses. « Mais vous pourrez revenir la semaine prochaine si vous avez encore besoin d'inspiration. C'est moi qui serait de sortie, et comme je vous connais maintenant, je ne vous ferai aucune remarque » le rassurais-je en souriant.

Et ma proposition tiendrait encore la route. L'école était un peu un repère pour moi, j'en connaissais la totalité des coins, et ce qui pouvait éventuellement être intéressant à voir. Ce serait bien la première fois que j'inviterai quelqu'un de l'extérieur à y faire un tour, si on oublie les quelques évènements exceptionnels, comme les kermesses de fin d'année ou certaines réunions avec des parents en fin de journée. Cela me faisait plaisir d'ailleurs de parler de mon travail, j'arrivais sans mal à mélanger vie professionnelle et vie privée, et nombreuses fois mon chéri avait entendu parler de mes collègues et de mes élèves, tout comme les autres profs étaient au courant pour mon futur mariage et de certaines sorties qu'il m'arrivait de faire dès lors que je quittais l'enceinte de l'établissement. Bien entendu, je restais secrète à certains égards, par exemple en ce qui concernait ma grossesse. Il y avait un temps pour tout comme on dit, et temps que je n'aurais pas prévenu ma propre famille, je me voyais mal en parler avec mes collaborateurs, bien que eux aussi aient été au courant des évènements d'il y a quatre ans. Ainsi, discuter aussi simplement avec un presque inconnu était presque un soulagement, même s'il y avait encore un risque que la discussion tourne autour des enfants. Pas que je n'aimais pas en parler, mais j'étais souvent à couteaux tirés quand on commençait à évoquer le sujet, hésitant toujours sur la marche à suivre et sur les éventuelles révélations que je pourrais faire. Je voulais continuer à parler de romans avec cet écrivain qui venait de se présenter à moi.

« Enchantée, je suis Claire » répondis-je sur un ton professionnel en lui tendant la main « Et comme vous l'avez deviné, je suis instit ici » Oui, pas besoin de le préciser mais bon, c'était un peu une habitude à présent. « Bon alors, vous ne m'avez pas répondu, ça fait longtemps que vous faites ce métier, vous avez beaucoup de livres à votre actif ? Parfois, j'envie les romanciers, j'aimerai pouvoir arriver à écrire sur une histoire pendant un long moment ! Mais je suis trop impatiente, rester assise pendant des heures, je n'aime pas ça alors bon, heureusement que je n'en suis pas une ! »

Oh ça non, je n'étais pas d'une patiente légendaire, encore que cela dépendait de ce que j'étais en train de faire. Avec les enfants par exemple, je pouvais rester des heures à expliquer quelque chose car rien n'était plus réjouissant que de les voir réussir sur quelque chose que le matin même ils auraient été incapables de faire. Mais ce devait bien être un des seuls moments. Le reste du temps ben, tout simplement, je ne tenais pas en place, sauf lorsqu'il s'agissait de me plonger devant mes séries télé favorites. Tout le monde avait un petit pêché mignon, et en dehors du boulot, c'était bien ça que j'aimais faire. Bien entendu, je n'y passait pas mes journées, j'avais souvent des choses plus intéressantes à faire, mais je préférais passer sous silence ces petites occupations, bien qu'elles impliquaient le plus souvent la présence de mon fiancé.

« Sinon, vous êtes nouveau c'est ça ? » demandais-je à Henry en me souvenant qu'il avait évoqué un emménagement « Vous êtes dans quel quartier ? J'habite à Pinneaple Lane, peut être que vous aussi ? »


♥️
I'm so in love with you
Revenir en haut Aller en bas

membres

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Je te regarde
et je connais tous tes secrets ! -W
☇ ÂGE RÉEL : 25
☇ DATE D'ANNIVERSAIRE : 03/01/1993
☇ A EMMÉNAGÉ LE : 07/03/2014
☇ MENSONGES : 52
☇ JEU A LA : Première
☇ AVATAR : David Tennant




MessageSujet: Re: (☇) Anything Could Happen || (Henry&Claire) Mer 23 Avr 2014 - 21:00

Chaque personne vivant sur cette planète possédait un don qui lui était propre, un talent qu'elle devait exploiter pour se sentir à l'aise dans sa vie actuelle, et je ne faisais évidemment pas exception. Mon don n'était autre que celui de l'écriture. Je me sentais parfaitement bien quand je m'isolais en tête à tête avec un carnet, ou bien un ordinateur, car c'était ainsi que mon imagination se permettait toutes les fantaisies. Le fait d'avoir pu en faire mon métier avait été une chance extraordinaire, car je parvenais à vivre d'une passion me procurant du bonheur, alors que beaucoup restaient prisonniers de voies qui ne leur plaisaient pas, uniquement pour ce besoin incontrôlable d'avoir de l'argent pour continuer de vivre. L'argent, je le gagnais en racontant toute sorte d'histoire. Mon travail n'était en aucun cas manuel. Seul mon cerveau travaillait, et malheureusement ce dernier était doté de caprices assez insupportables, notamment sur le plan de l'inspiration. Cette dernière allait et venait quand elle en avait envie, mais ce fait arrivait même aux plus grands. C'était notre faiblesse commune, une faiblesse que je combattais dans mes recherches. Pour tenter d'éviter de subir un blocage que je ne pourrais pas supporter, je me servais de l'établissement de mes aides-mémoires histoire de me donner un coup de pouce. Cela fonctionnait, à chaque fois, car mes petits carnets renfermaient souvent les détails que j'avais du mal à retrouver au fin fond de ma mémoire. C'était mon gage de guérison en fin de compte. Ma visite de Lakeview était une façon pour moi de connaître la ville que j'habitais mais également de me donner un coup de pouce à l'avenir pour mon métier. La double fonctionnalité des choses était une spécialité qui m'était propre. Souvent un fait ou une chose était pour moi utile en deux façons, la polyvalence au service d'une bonne cause.

Évidemment, mes recherches de ce jour ne s'étaient pas passées comme prévu, mais je pense qu'il était évidemment facile de s'en douter à la vue de ces lignes que vous avez lues jusqu'à maintenant. Ces recherches avaient réussi à me mener vers une institutrice, qui m'avait directement pris pour un pervers (même si au fond je l'avais bien cherché). C'était une rencontre assez surprenante, dont le côté inattendu berçait une partie de moi-même assez insoupçonnable. Cela berçait en effet mon imagination. Pour parfaitement bien m'expliquer, on pouvait dire que j'avais déjà pensé à ce genre de situation, mais plutôt sur le plan de la fiction. Jamais je n'aurais cru la vivre pour de vrai. C'était assez comique comme image, mais je retenais cette pensée dans un coin de mon esprit, car il valait mieux éviter de rire de ce genre de chose. C'était plutôt déplacé.

Histoire de pouvoir apaiser toutes les tensions et les malentendus capables d'être générés par ce genre de situation, j'avais préféré faire toutes mes excuses à cette institutrice, ce qui n'était pas une si mauvaise idée. La situation semblait bien plus vivable. Je pus par la suite connaître le nom de celle à qui je parlais. Elle s'appelait Claire. Elle se présentait sous un ton professionnel. En même temps, on ne se connaissait qu'à peine, alors il ne fallait pas s'attendre à ce qu'une ambiance amicale s'installe entre nous avec autant de rapidité. Je lui pris sa main, pour répondre à sa présentation formelle.


- Enchanté.

Elle remit sur le tapis le sujet de mes romans, une réponse que je n'avais pas fournie par mégarde.

- J'en ai publié sept, de trois genres différents, et bientôt un huitième va être publié. Je comprends les réticences que certains peuvent avoir, en disant que écrire demande beaucoup de patience, de calme, mais aussi de facilité à faire sa propre autocritique, mais moi je ne vois pas ma vie se poursuivre sans cet effort pour lequel je me passionne. Chaque personne est fait pour une voie précise, et je sais que c'est celle-là la mienne. Je ne sais pas comment vous vous sentez dans votre métier, mais dans le mien je me sens bien.

Vint ensuite le sujet de mon emménagement dans cette ville, que j'avais brièvement évoqué dans l'explication du fondement de mes recherches.

- J'ai récemment emménagé en ville. Cela faisait un moment que je ne m'étais pas fixé dans une ville...mais je ne me suis pas établi à Pineapple Lane. Je suis resté à Greengrass Street. Je m'y suis senti mieux, sur le coup. Je préfère reprendre doucement goût à une vie normale de résident permanent

Après un soupir, j'ajoutais ceci :

- Bref, la vie est parfois compliquée, mais on s'en sort quand même non ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

membres

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Je te regarde
et je connais tous tes secrets ! -W
☇ ÂGE RÉEL : 24
☇ DATE D'ANNIVERSAIRE : 29/10/1993
☇ A EMMÉNAGÉ LE : 02/03/2014
☇ MENSONGES : 68
☇ JEU A LA : Première
☇ AVATAR : Natalie Portman




MessageSujet: Re: (☇) Anything Could Happen || (Henry&Claire) Mar 13 Mai 2014 - 18:41

HENRY
CLAIRE

Des malentendus, voilà qu'on en vivait pas tous les jours ! Heureusement d'ailleurs ! Néanmoins, cela avait été une petite distraction, et bien que j'eusse perdu mon self-control face à cette situation  pour le moins étrange, il s'avérait que cet écrivain, Henry, aurait pu être une personne au tempérament bien plus enflammé que mon nouvel interlocuteur qui semblait s'être bien rendu compte de l'incongruité de la situation dans laquelle nous nous étions retrouvés. Ce n'était pas entièrement sa faute bien entendu, mais de toute façon, cela importait guère. Je venais de faire une nouvelle connaissance et peut être, si nous nous recroisions plus tard, cela pourrait être l'occasion d'en rire. Quoi que, la prochaine fois pourrait également reposer sur un malentendu aussi, même si je ne l'espérait pas, un seul suffisait bien. Et maintenant que je le connaissais un poil mieux, je savais que nous ne referions pas deux fois la même erreur. En attendant, j'aurais pu le laisser planté sur le trottoir et rentrer au sein de l'établissement, mais il avait piqué ma curiosité en parlant en premier de ses bouquins. Ce n'était pas grand chose, juste un livre auquel se rattacher, mais c'était déjà bien assez ! Encore que, je devrais avoir bien moins de choses à dire sur le sujet que lui. Certes, j'amais lire, mais je ne passais pas mes journées entourée de bouquins. Je me demandais même d'ailleurs s'il s'inspirait de ses confrères pour écrire. Surement un peu, mais chaque auteur devait avoir sa propre imagination, son propre style d'écriture... Ce qu'on mettait sur papier n'avait jamais la même saveur que ce que l'on pouvait dire. Pour ma part, je me sentais plus à l'aise à l'oral, plutôt qu'en couchant des mots sur un papier. D'ou ma piètre idée de commencer un journal intime lorsque j'étais adolescente, idée que j'avais fini par complètement abandonner. L'apparition de mon fiancé  dans ma vie en était surement la cause principale, puisque c'était les lettres qu'on s'envoyait quotidiennement qui m'avais fait oublier que je tenais les mémoires de ma vie bien précieusement dans un cahier que j'avais caché bien profondément au fond de mon armoire à vêtements. Avec le frère que j'avais, laisser des trucs intimes bien en évidence constituait en un véritable suicide social, tant celui-ci avait l'habitude de fouiner dans mes affaires –il fallait dire que je faisais la même chose de mon coté– afin de pouvoir me faire chanter avec ce qu'il pouvait y trouver, juste afin de m'asticoter un peu. C'était de bonne guerre, et que mon frère me pique des trucs ne me fachait jamais vraiment. Mais la seule fois ou j'avais osé lui tenir tête, la première fois d'ailleurs qu'il s'était servi dans ma chambre, j'en avais payé cher le prix en l'entendant se vanter d'avoir lu mon journal à ses amis. Une de mes plus grosses disputes avec lui surement, mais il s'était excusé après que j'eus refusé de lui adresser la parole pendant... allez, je crois bien qu'au bout de trois heures, j'avais déjà oublié toute l'histoire. Tout cela pour dire que, lorsque j'écrivais, c'était de manière peu habile. Les mots enflammés échangés avec mon correspondant amoureux étant bien évidemment une exception, mais je n'aurais pas pu écrire un livre avec cela, cela va sans dire.

J'avais de l'imagination, c'était certain, mais pas assez, sans aucun doute. Autant laisser les experts, comme Henry, nous divertir. En tout cas, il m'apprit qu'il avait déjà fait publié sept de ses romans. C'était bien, et même beaucoup ! Déja écrire une histoire, ce devait être beaucoup, mais sept fois plus ? Oui, heureusement que je ne m'étais pas converti là dedans. Il semblait en tout cas, très  heureux d'avoir choisi cette voie là. J'aimais comment il parlait, cette façon un peu détachée, mais tout aussi passionnée de me raconter comment il vivait de son métier. Certaines personnes avaient un don c'est vrai, et chacun ne l'avait pas encore trouvé, mais lui semblait réellement s'en complaire. Comme moi, il aimait ce qu'il faisait, et c'était ce qui était le plus important. Trouver son chemin. Marcher, repartir en arrière, bifurquer, s'arrêter pour réfléchir et observer le sentier... Tant de façon pour savoir ce qui nous plairait vraiment, ce pourquoi on était fait, le métier qui nous conviendrait... Un chemin plus ou moins long, semé d'embûches, et qui ne finissait pas toujours où on le voulait, voir qui continuait à perte de vue. C'était parfois difficile, malheureusement.

« Je crois que nous nous ressemblons assez sur ce point. Dans mon métier je me sens bien, même plus que ça. C'est ce qui me convient et qui me plait. Mais je ne pense pas que ma vie pourrait s'y résumer. Je crois, et c'est peut être bête, que ce que j'attends le plus, c'est de tenir mon enfant dans mes bras. Là, je sais que j'aurais pris la bonne voie, la maternité. Même s'il est encore trop tôt pour l'affirmer. En étant écrivain, l'on peut s'écrire plein de vies non ? Vous avez déjà tenté l'autobiographie ? Ou alors, vous êtes vous déjà inspiré de votre propre expérience pour écrire ? Je veux dire, l'un de vos personnages vous représente t-il ? »

Ca, c'était peut être un cliché pour les non-initiés, comme moi. L'écrivain, qui se transforme en héros de guerre, en chevalier, en voyageur, en détective.. Ou qui invente la vie des autres aussi ! Et ça, il l'avait fait ? Je ne lui posais pas la question, d'autant qu'il venait de répondre à la précédente. A Greengrass donc. Pas très très loin de chez moi, mais quand même pas dans le même quartier. C'était un bon choix, les habitations y étaient pour la plupart très belles aussi. Quant à sa dernière affirmation... Elle suggérait beaucoup de réflexion. On s'en sortait oui. Parfois très bien, parfois moins. Parfois il fallait attendre beaucoup de temps. 4 ans pour ma part. Ce n'était pas grand chose pour certains, mais pour moi cela représentait trop, beaucoup trop. Que cette page de l'histoire de ma vie soit enfin tournée resterait quand même, je pense, l'obstacle le plus dur que j'aurais eu à surmonter. En attendant, je me demandais moi à ce qu'il faisait allusion. Certes, la vie pouvait être dure parfois, mais je me questionnais sur ce qui avait pu lui arriver, à lui. Parce que, dans tout ce qu'il m'avait dit, il n'avait pas fait allusion à un quelconque malheur. C'était peut être juste une information sans quelconque valeur, une vérité juste bonne à dire qui ne désignait rien de particulier, mais à vrai dire, cela n'y ressemblait pas.

« Vous avez eu une vie compliquée ? C'est pour cela que vous avez enménagé ici ? » lui demandais-je, de but en blanc, prenant le risque de passer pour une indiscrète. Après tout, venant d'une femme qui lui avait quasi hurlé dessus pour commencer une discussion, il ne devrait pas être trop surpris non ? De toute façon, s'il ne répondait pas, ben il ne le ferait pas. Chacun avait droit à son petit jardin secret même un écrivain qui délivrait peut être des informations sur sa vie dans ses bouquins.

H.J:
 


♥️
I'm so in love with you
Revenir en haut Aller en bas




Je te regarde
Contenu sponsorisé
et je connais tous tes secrets ! -W



MessageSujet: Re: (☇) Anything Could Happen || (Henry&Claire)

Revenir en haut Aller en bas
(☇) Anything Could Happen || (Henry&Claire)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Permission méritée [Claire]
» TINA CANICHE CLAIRE 12 ANS URGENT EN BOX (LILLE 59)
» DERNIERE HEURE !DERNIERE HEURE ATTANTAT MANQUE CONTRE MARC AK HENRY ...
» Une nuit claire...
» Thierry Henry [Barcelone]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIARS :: École primaire-