VOTEZ POUR NOUS.


www. top site top 50
www. top site perfect
www. top site best rpg
www. top site dreaming
www. top site obsession

La boîte à secrets

Les ragots de Lakeview ◗ voir le sujet

De ANONYMOUS
Je me demande souvent la logique de suivent les gens. Ils le savent pourtant qu'il est dangereux ce W alors pourquoi le provoquer avec leur réunion ?! C'est ma voisine qui m'en a parlé, elle a prévu d'y aller... Je pense vraiment que c'est une mauvaise idée. W risque de venir y faire un tour, c'est sûr !
De ANONYMOUS
A ce qu'on dit par chez moi, le jeune Foster aurait plusieurs petites amies. J'sais pas si c'est vrai mais c'est moche pour ces filles. Malgré tout, bien joué mon gars !
De JANE J. WELLINGTON
La petite nouvelle, Rebecca Hobbs, c'est un foutu spectacle à elle seule, bordel qu'elle me fait rire.
De MAXIMUS GOOD
D'abord il gifle les gamines, maintenant il hurle tout seul. Pas qu'entendre Tyee le sauvage brailler me dérange, mais ces espèces de grognements en russe, en finnois, je ne sais pas, ça commence à me les briser. S'il a le mal du pays qu'il rentre chez lui, ça fichera la paix à tout un quartier.
De TYEE H. L. DAENDELS
Ce que... C'est absurde ! Lizbeth est une amie, rien de plus, et je... Je voulais la voir. La nuit, en pleine rue. Il n'y a pas besoin d'un lieu pour trouver les gens à qui l'on tient.
De JOSH WILLIAMS
Si vous saviez tout ce que Anton entend et voit chez les Spencer. Le petit Chatwood il s'entend trop bien avec le nouveau locataire, ça l'air et il a vu des trucs dégueulasse, mais il a pas voulu m'en dire plus. Et c'est sans parler des engueulades entre la fille Spencer et ce sournois de Chatwood. Anton a du les séparer, mais il m'a dit qu'elle a une solide droite la fille de l’éleveur.
De MEREDITH LANDER
Si vous voulez mon avis, ils n'auraient pas du expédier la petite Chatwood chez les Spencer. Ils ont plus de 70 ans, c'est pas possible de laisser une telle furie chez de si braves gens. Rose voit tous les jours comment ils se font rabrouer par le fille.
De JOYCE RIPPER
Vous savez, celle qui se balade en limousine ? Ben je l'ai vu main dans la main avec le p'tit Chatwood. C'est quand même horrible, c'est la femme de l'autre Chatwood.
De HEATHER SPENCER
Quoi ? Comment ça je suis sexy en dessous érotique ? Non, j'ai rien fait de sexuel à Lizbeth... à part en parler...
De LINUS CHATWOOD
Quoi ? Lady en dessous affriolant ?

intrigue n°3



 
Rejoignez notre page facebook ♥️♥️

 

 Over the love Linus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Lizbeth

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Je te regarde
et je connais tous tes secrets ! -W
☇ ÂGE RÉEL : 24
☇ DATE D'ANNIVERSAIRE : 19/02/1994
☇ A EMMÉNAGÉ LE : 12/05/2013
☇ MENSONGES : 2854
☇ JEU A LA : mixte
☇ AVATAR : Eva Green




MessageSujet: Over the love Linus Ven 5 Juil 2013 - 23:56

    Le temps était interminable. Lizbeth n’en pouvait plus d’attendre que son avion en première classe atterrisse à Atlanta. Elle avait un réel besoin de voir où il était son fameux mari tandis qu’il l’avait lâchement abandonné à Cambridge à des milliers de kilomètre. Pourquoi ? Elle n’en savait trop rien. Linus devenait parfois muet lorsqu’il avait des passes de folie de physique, mais jamais d’une aussi longue durée. Lizbeth ne comprenait plus à quoi s’attendre avec son mari ; elle pensait filer le parfait bonheur. La jeune femme n’avait pas vu les signes avant-coureurs que son amour ne partageait pas les mêmes sentiments amoureux qu’elle en ce moment. La dure réalité était douloureuse. Lizbeth était encore follement amoureuse de cet homme complètement solitaire et froid. Peut-être un brin accro à cet homme. C’était en ce moment même qu’elle comprenait qu’elle avait bâti son monde depuis peu en fonction de Linus. Tout avait été si vite entre eux. La passion les avait dévorés assez rapidement. Elle était devenue sa copine secrètement ; elle le voyait sans que les clones ne se doutent de rien. Même si elle leurs avait confié qu’elle vivait une idylle amoureuse avec l’homme ténébreux dans le bar où elles avaient l’habitude d’y aller, aucune ne la cru. Elles avaient ri à gorge déployé croyant une blague. Lizbeth n’avait jamais été aussi sérieuse. Des bons souvenirs. À cette époque, il était encore présent à ses côtés. Il ne l’aurait jamais laissé prendre l’avion sans sa présence rassurante et réconfortante. Le cœur de Lizbeth se serra violemment ; c’était si douloureux de se rendre compte que la distance et le temps l’avaient brisé. Pourquoi était-elle si dépendante à cet homme qui n’avait pas pris la peine de l’emmener où il allait ainsi de lui donner des nouvelles beaucoup plus importante que ceux qu’elle obtenait avec difficulté ? Lizbeth était définitivement la proie d’une douleur cuisante et lancinante dans son cœur déjà meurtri depuis le départ de cet homme pour qui elle vivait. C’était une dépendance dès plus étrange sachant que Lizbeth était une femme à la tête d’un empire pharmaceutique. Comment pouvait-elle vivre selon les besoins et les envies d’un homme ? Comment sa vie se résumait à cet homme qui la faisait souffrir ? Elle devait avoir la même attitude que lorsqu’elle était au travail : la tête haute, bien haute. Elle sécha les larmes qui perlaient aux coins de ses yeux. Elle devait lui montrer comment elle s’appelait.

    Lizbeth était enfin arrivée à destination. Billy, son éternel garde du corps et chauffeur, était toujours au rendez-vous. Il avait pensé à louer une voiture. La jeune femme ne lui dit mot ; elle était occupée à trouver le discours parfait vis-à-vis Linus. Le face à face la rendait nerveuse malgré tout. Elle était décidément sa femme sans pour autant être à l’aise avec ce retour un peu forcer. Elle savait qu’elle lui forcerait la main forcément. « Billy… ? » L’homme regarda dans le rétroviseur pour la regarder sans tourner la tête en sa direction. « Oui, madame ? » « Que diriez-vous à un homme qui est parti sans donner de nouvelle ? » « … bonne question, madame. » Lizbeth soupira un brin déçue par la réponse de Billy. « Merci quand même… » dit-elle en regardant à nouveau par la fenêtre. C’était décidément difficile à trouver les bons mots pour bien dire ce qu’elle ressentait envers Linus. Elle devait s’avouer vaincu. Elle devait trouver par elle-même. Peut-être devrait-elle attendre le moment juste pour lui parler. Arrêté de s’en faire avant d’être à ce moment. Ne plus penser. Elle devait se changer les idées. Elle sortit son téléphone où elle envoya quelques textos au clone. Le temps passa lentement. Elle avait hâte de retrouver celui qu’elle aimait malgré cette peur de se faire briser par une mauvaise nouvelle. Elle sortit de la voiture regardant la maison qui lui faisait face. Ce n’était décidément pas un château, mais une maison à l’allure modeste et douillette. Elle sortit son sac à main laissant Billy avec les valises. Elle frappa à la porte espérant que son Linus y était ; la porte s’ouvrit pour laisser voir une femme. Lizbeth eut un petit mouvement de recul avant de reconnaître « Hetty ». Elle savait qui elle était pour l’avoir vu à leur mariage. « euuuh… salut ? Je cherchais mon mari… tu sais où il est ? » Elle commençait ses recherches croisant les doigts qu’il soit toujours à Lakeview. « Je n’ai pas eu des nouvelles depuis quelques jours, je suis un peu inquiète. Ça m’aiderait beaucoup… » Elle lui fit un faible sourire. C’était l’émotion, mais elle devait reprendre le dessus malgré tout. Elle devait être forte. Elle se plaça droite et fière face à Heather. Elle revenait de prendre de l’aplomb vis-à-vis la situation.
Revenir en haut Aller en bas

Heather

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

Je te regarde
et je connais tous tes secrets ! -W
☇ ÂGE RÉEL : 35
☇ DATE D'ANNIVERSAIRE : 01/05/1983
☇ A EMMÉNAGÉ LE : 25/03/2013
☇ MENSONGES : 256
☇ JEU A LA : 1ère
☇ AVATAR : Teresa Palmer




MessageSujet: Re: Over the love Linus Dim 7 Juil 2013 - 18:03

Lizbeth & Heather
Over the Love


C'est le branle-bas de combat. Je suis terriblement en retard et je cherche encore mes clés. Pas moyen de mettre la main dessus. Pourtant, je ne devais que passer quelques minutes, prendre quelques vêtements et quelques autres articles je je vais ramener chez mes parents le temps que Linus squatte ma chambre, je croyais avoir poser mes clés sur la table à l'entrée, par habitude, mais visiblement, elles n'y sont pas. Les bras chargés de vêtements pêle-mêle, de quelques sacs et d'une boîte, Zeus sur les talons, je fais et refais le tour de la petite maison, fouillant de ma main libre là où j'ai pioché mes vêtements et mes affaires. J'aurais du tout mettre dans un sac, mais je ne pensais pas perdre mes clés entre temps. Chaque fois que je tente de fouiller, j'échappe un morceaux.

- Bordel...

Je finis par en avoir marre et je jette tout sur le lit, pour aller me chercher un sac pour y fourrer mes affaires. Zeus me suit à la trace, sans jamais que je me prenne les pieds dedans. Tandis que j'ai la tête dans mon garde-robe, Zeus émet un bref grognement et m'abandonne pour se diriger vers le poste d'entrée. Je devine tout de suite qu'il y a quelqu'un, parce que Zeus est un chien, après tout. Je trouve un autre sac et même s'il est encore vide, je me dirige vers la porte d'entrée et je l'ouvre. Je me retrouve devant une femme que je sais connaître, mais je n'arrive pas à la replacer, e qui m'empêche de lui parler. Elle me fixe brièvement, aussi surprise que moi, du moins c'est ce que je suppose lorsqu'elle me dit chercher son mari. Je suppose que ça explique ce regard en me voyant. Je me demande bien qui peut être son mari, avant de soudainement comprendre d'où je la connais. Lizbeth Blackwood et elle cherche effectivement son mari, mon très cher cousin Linus. Oh le rat !

- Oh bon sang, je savais que... oh, merde ! Euh... entre, Lizbeth. Je jette un coup d'oeil à l'horloge sur le mur et je grimace, je suis vraiment très en retard. Je suis pressée, mais entre... je cherche mes clés, je les cherche toujours...

Je m'efface de la porte pour la laisser entrer dans notre petite maison. Je sais que ça n'a rien à voir avec le luxe qu'elle connait. Mais ça plaisait à mes cousins et moi. Nous étions si heureux d'avoir un espace à nous seuls. De jeune adultes fichtrement indépendant des vrais adultes, mais si dépendants l'un de l'autre. Zeus vient prudemment renifler Lizbeth. Je lui intime l'ordre de s'asseoir, il obéit.

- Euh... Linus va bien... enfin, aussi bien qu'il puisse aller... mais il est difficile de savoir comment va Linus... il est si... hum... enfin, dis-je en retournant dans ma chambre que j'ai cédé à Linus pour quelque temps.

Ses affaires sont soigneusement empilées sur mes commodes, sa valise est soigneusement appuyée sur le mur. Linus a toujours été d'un soin presque maladif. Errol et moi étions, suis, dans mon cas personnel, plutôt brouillon.

- De toute façon, il ne me parle pas, sauf pour me balancer de brefs et succincts commentaires acerbes, mais Linus a toujours été succincts et acerbes, dis-je, sachant pertinemment que je me défoulais du comportement désagréable de mon cousin sur sa femme.

Accessoirement, je m'étais remise à chercher mes clés.


Heather Sabrina Spencer

You can't have my heart
And you won't use my mind but
Do what you want with my body
You can't stop my voice cause
You don't own my life but
Do what you want with my body
Do what you want, don't stop, let's party